Supposons qu’un Homme impie aille au Paradis

Supposons pour un instant que vous avez été autorisé à entrer au ciel sans sainteté. Qu’est-ce que tu ferais? Quel plaisir possible pourriez-vous y ressentir? A qui de tous les saints (ceux qui sont en Christ par la foi) voudriez-vous vous joindre et à côté de qui vous asseyez-vous? Leurs plaisirs ne sont pas vos plaisirs, leurs goûts ne sont pas vos goûts, leur caractère n’est pas votre caractère. Comment pourriez-vous être heureux si vous n’aviez pas été saint sur la terre?

Maintenant, vous pensez peut-être que prier et lire les Écritures, et chanter des cantiques sont des choses à tolérer de temps en temps, mais qu’elles ne sont pas agréables d’apprécier. Vous considérez le jour d’adoration comme un fardeau et de la lassitude; vous ne pouvez pas dépenser plus d’une petite partie de celui-ci pour adorer Dieu. Mais rappelez-vous, le ciel est une adoration sans fin. Ses habitants ne reposent pas; jour et nuit ils disent: “Saint, saint, Seigneur Dieu Tout-Puissant” et en chantant la louange de l’Agneau.
Comment un homme impie pourrait-il trouver du plaisir dans une telle occupation?

Pensez-vous qu’un tel homme serait ravi de rencontrer David, Paul et Jean après une vie passée à faire les choses mêmes contre lesquelles ils se sont prononcés? Est-ce qu’il prendrait conseil avec eux et constaterait que lui et eux avaient peu en commun? Pensez-vous avant tout qu’il se réjouirait de rencontrer Jésus, le crucifié, face à face, après s’être attaché aux péchés pour lesquels il est mort, et après avoir aimé les ennemis de Christ et méprisé ses amis? Serait-il debout devant Lui avec confiance et se joindrait au cri: «C’est notre Dieu… nous l’avons attendu, nous serons heureux et nous nous réjouirons de son salut» (Esaïe 25: 9)?

Ne croyez-vous pas plutôt que la langue d’un homme impie s’attacherait au toit de sa bouche avec honte, et que son seul désir serait d’être chassé? Il se sentirait étranger dans un pays qu’il ne connaissait pas, un mouton noir au milieu du saint troupeau du Christ. La voix des chérubins et des séraphins, le chant des anges et des archanges et toute la compagnie du ciel seraient un langage qu’il ne pourrait pas comprendre. L’air même semblerait être un air qu’il ne pourrait pas respirer.

Je ne sais pas ce que les autres peuvent penser, mais il me semble évident que le paradis serait un endroit misérable pour un homme impie. Il ne peut en être autrement.Les gens peuvent dire, d’une manière vague, qu’ils “espèrent aller au paradis”, mais ils ne tiennent pas compte de ce qu’ils disent … Nous devons avoir une pensée céleste et avoir des goûts divins dans la vie actuelle, sans quoi nous ne nous retrouverons jamais au paradis, dans la vie à venir.

C’est la raison pour laquelle nous qui sommes en Christ, c’est à dire les saints, sommes sauvés et appelés à vivre une vie de sanctification. C’est une sanctification progressive qui consiste à devenir comme Christ chaque jour tout en nous débarrassant de nos membres charnelles d’ici bà. Cette vie aboutira au ciel ou nous serons glorifiés parfaitement dans la mesure parfaite de la sanctification de Dieu. Nous ne serons plus des étrangers du ciel, nous comprendrons le langage des saints, leur goûts seront les nôtres, leur caractère le nôtre, nous serons complet dans notre joie et plus que ravi de rencontrer notre Seigneur Jésus Christ qui s’est crucifié afin que nous pourrions partager la paix et la joie divine.
Aucune honte, aucun malaise, nous serons remplis d’une joie inimaginable. 

Donc, le désir passionné d’une personne sainte est d’aller au ciel plus que tout autre chose.


C’est le travail de J. C. Ryle édité par Pawòl La.
Suivez notre page pawolla.net pour plus d’articles et discussions bibliques.
Lisez cet article en Anglais ici: “SUPPOSE AN UNHOLY MAN WENT TO HEAVEN”

%d bloggers like this: